Martinique Randonnée & Nature

Découverte de la Presqu’île de la Caravelle en Martinique

Presqu’île de la Caravelle - panorama

Cap sur l’est de l’ile aux fleurs à la découverte de la Presqu’île de la Caravelle !

Situé à Tartane, ce bras de terre qui fend l’Atlantique doit son nom à un rocher rappelant les navires à voile portugais, les caravelles. C’est déjà évocateur d’aventures et de découvertes !

La richesse de l’écosystème, la diversité des paysages ainsi que toutes les aventures que l’on peut imaginer avec en toile de fond le Château Dubuc, ancienne habitation du 18ème siècle, sont autant d’éléments qui en font un lieu singulier et incontournable de la Martinique.

La Presqu’île de la Caravelle : vue d’ensemble

Longue de 12 km, la Presqu’île de la Caravelle est une réserve naturelle de 400 hectares. On dit même qu’elle est un concentré des écosystèmes que l’on peut voir dans toute la Martinique.

Elle présente une grande variété de paysages, abritant plus de 150 espèces végétales caractéristiques des Petites Antilles (palétuviers dans la mangrove, raisiniers, mancenilliers…). Tout au long de la randonnée, on peut ainsi traverser la forêt sèche et la savane, découvrir la mangrove, admirer les rivages balayés par le vent. et les falaises…

La faune y est aussi très diverse (crabes de terre, lézards, oiseaux) et certaines espèces sont endémiques.

Plusieurs facteurs expliquent cette diversité de paysages. En premier lieu, les conditions météorologiques (exposition au soleil, au vent et à l’air marin) dessinent le lieu. Puis, il y a la nature et l’histoire de l’exploitation des sols qui jouent, selon qu’ils aient fait l’objet ou non de culture, défrichement ou pâturage. Par exemple, la végétation recolonise rapidement les parties humides et abritées et peinent à renaitre sur les zones arides exposées au vent.

Enfin, on ne peut évoquer la Presqu’île de la Caravelle sans citer le Château Dubuc. Cette plantation de canne à sucre et de café du 18ème siècle appartenait à la famille Dubuc qui dominait la région. Il semblerait pourtant que la production et l’exportation n’étaient pas les seules activités des Dubuc. Alors nichée en pleine forêt et sur le littoral, le lieu aurait été le théâtre de trafics et du commerce d’esclaves, alimentant de nombreux récits et légendes de corsaires ! Aujourd’hui en ruines et classé monument historique depuis 1992, on peut le visiter.

Notre parcours : un mélange du grand et du petit circuit

Il existe deux circuits pour découvrir la Presqu’île de la Caravelle : un long (9,8 km) et un court (3 km environ).

Mais il est aussi possible de moduler son parcours. Nous avons. donc « mixé » les deux. Nous avons commencé la grande boucle pour atteindre le phare et admirer les panoramas. Puis, nous avons continué vers les rivages accidentés de l’Anse Table du Diable. Enfin au retour, nous avons fait un détour par la mangrove. En revanche nous n’avons pas profité des criques paisibles de la Baie du Trésor.

La possibilité de choisir, voire de moduler son chemin selon ses envies ou capacités physiques, rend accessible à tous la découverte de la presqu’île. Chacun peut y trouver son compte : amoureux de la nature et coeurs aventureux, marcheurs aguerris ou promeneurs avec leurs enfants.

Si le chemin en lui-même ne présente pas de grandes difficultés, la majorité du chemin se fait en plein soleil. Et ça tape sévère ! Ainsi, préférez arriver tôt le matin, badigeonnés de crème solaire, coiffé de votre casquette, avec de bonnes réserves d’eau et des encas. Et bien-sûr, vos chaussures de marche ou baskets sont indispensables.

Pour les curieux : Pour en savoir plus sur l’éco-système de la Presqu’île, des pancartes avec des questions réponses ludiques sont disposés tout au long du chemin.

En route vers le Phare pour admirer des panoramas à couper le souffle

Pour commencer, nous nous dirigeons vers le Phare. Cette première partie du chemin est plutôt ombragée, dans la forêt.  

Au pied du Phare, l’ancienne maison des gardiens a été convertie en abri pour une pause éducative. Des panneaux y racontent l’histoire du Phare et du quotidien de ses premiers gardiens qui y vivaient complètement isolés du monde pendant plusieurs jours. 

Il faut ensuite monter un escalier pentu à côté du Phare pour accéder à la table d’orientation et admirer les sublimes panoramas à 360 degrés. Immanquable ! 

Le Phare de la Caravelle : Construit entre 1860 et 1861, c’est le premier phare de Martinique. Du haut de ses 14 m, il culmine à 162 m au-dessus du niveau de la mer. En activité depuis 1862, il a été successivement alimenté par différentes énergies (pétrole, gaz, électricité, éolien puis panneaux solaires aujourd’hui). 

Direction l’Anse Table du Diable : un rivage accidenté balayé par le vent

Cette partie du chemin est exclusivement en plein soleil. On longe la baie au rivage accidenté, balayé par l’océan et par les vents comme en témoignent les arbres ! Le décor est aride, limite désertique, avec des pierres. A certains endroits, le sol est friable : c’est indiqué par des panneaux.

Presqu’île de la Caravelle - Paysage aride
Presqu’île de la Caravelle – Deux cocotiers perdus

Avec ce soleil brûlant, on aurait envie d’aller se baigner dans la baie ! Mais sous ses airs de bassin turquoise, la force de l’océan et les courants sont violents. Epaves de bateaux,  noyades… les histoires ne manquent pas !

Pour une pause baignade, il faut poursuivre le grand circuit de randonnée et à l’issue de quelques kilomètres, pour rejoindre les criques paisibles de la baie du Trésor.

Dernière étape : la mangrove

Sur le chemin du retour, on fait la petite boucle qui va à la mangrove. 

Depuis le petit ponton, au-dessus des sables mouvants, on observe les tas de petits crabes de terre à l’ouvrage au pied des arbustes. Ces arbres qui « émergent » de ce sol hostile s’appelant les palétuviers.

Les palétuviers : Il existe 4 types ce palétuviers : blanc, gris, noir, rouge. Ils se différencient par le sol sur lequel ils poussent et par les caractéristiques de leurs racines. Toutes les variétés de palétuviers sont représentées dans cette mangrove.

Enfin, on arrive au bout du ponton, au bord de l’océan et on se pose à l’ombre des palétuviers. Une dernière pause paisible avant de revenir, direction le Château Dubuc. 

Que faire aux alentours de la Presqu’île de la Caravelle ?

Le Château Dubuc dont j’ai parlé plus haut se trouve à la sortie. Vous pouvez visiter les ruines et en apprendre plus sur son histoire et ses légendes (l’entrée est payante). La prochaine fois, je le visiterai volontiers !

Sinon, allez faire un tour et déjeuner à Tartane, qui a gardé une authenticité et est appréciée et connue des surfeurs (le spot surf de la Martinique, c’est ici !). La plage du bourg est très agréable. 

Pour notre part, on a préféré continuer la journée à la plage à l’Anse l’Etang, qui a l’avantage d’être assez ombragée !

D’autres sites et blogs décrivent la Presqu’île de la Caravelle :

Related posts

Savane des Pétrifications : un décor lunaire sur une île tropicale

Cynthia David

Sargasses : comment s’organise la Martinique ?

Cynthia David

Des Salines aux Trois-Ilets : notre avis sur 10 plages emblématiques du Sud de la Martinique (côté Mer des Caraïbes)

Cynthia David

3 commentaires

Thao 27 juin 2020 at 19 h 23 min

Bravo pour cet article très complet ! Je suis allée en Martinique il y a super longtemps, il n’y avait à l’époque que des guides papiers et en plus pas trop de choix, vos articles m’auraient bien été utiles !

Répondre
Cynthia David 28 juin 2020 at 21 h 38 min

Bonjour Thao, merci pour ce commentaire, on est ravis que ça te plaise !
Il y a d’autres articles sur la Martinique déjà publiés sur le blog et d’autres dans les semaines à venir. On va aussi aborder d’autres destinations et d’autres sujets 🙂

Répondre
Mary 28 juillet 2020 at 22 h 01 min

Ca donne trop envie de bouger^^

Répondre

Laisser Un Commentaire