Héritage Irlande

Les symboles de l’Irlande : décryptage !

Mouton dans la campagne irlandaise

Trèfle, harpe, Saint-Patrick… les symboles de l’Irlande sont nombreux et rayonnent largement hors de ses frontières. Le folklore imagé de l’île d’émeraude est un riche mélange de contes, de légendes et de religion. Focus sur 8 symboles de l’Irlande et leur univers enchanteur ! 

Les symboles de l’Irlande font partie intégrante de l’expérience de découverte du pays. Tout au long de notre road-trip là-bas en 2019, ils nous ont accompagnés, aiguisant notre curiosité et agrémentant notre imaginaire. Objets, animaux ou encore créatures surnaturelles : il suffit de regarder à travers les vitrines des boutiques de souvenirs ou sur les façades des pubs pour en constater la variété ! Sur Horizon Au Pluriel, on a à coeur de découvrir ce que dissimule la carte postale. Voici donc les histoires se cachent derrière 8 symboles de l’Irlande.

1. La harpe, l’emblème national de l’Irlande

L’Irlande est le seul pays du monde dont l’emblème national est un instrument de musique : la harpe celtique (ou gaélique), Clairseach (nom gaélique). Elle habille les armoiries irlandaises mais aussi les logos de Guinness et de RyanAir.

Au Moyen-Âge, la harpe celtique était présente dans les cours irlandaises et écossaises. Trois harpes de l’époque nous sont parvenues : la Queen Mary Harp, la Lamont Harp (toutes deux en Ecosse) et la Brian Boru Harp. C’est cette dernière qui a inspiré le symbole national. Elle est exposée à la bibliothèque du Trinity College, fameuse université de Dublin. 

Qui est Brian Boru ? Brian Boru est le dernier Haut Roi d’Irlande (Xème siècle). Il a oeuvré pour reconstruire le pays ravagé par les Vikings et lui ré-insuffler ses valeurs, ses croyances. Il est à ce titre une figure importante de l’Histoire irlandaise.

Pièce de 1 euro avec la harpe celtique
Harpe celtique sur la pièce irlandaise de 1€

Cependant, si la harpe devient officiellement symbole de l’Irlande au XVIème siècle lorsqu’Henri VIII la frappe sur la monnaie irlandaise, le lien entre la harpe et les Irlandais est bien plus ancien !

La harpe au coeur de la mythologie celtique 

Dans la mythologie celtique, la première harpe irlandaise appartenait à Dagda, un chef des Thuatha Dé Danann (tribu de la déesse Dana). Un jour, les dieux du froid et des ténèbres lui dérobèrent et l’offrirent à ses ennemis, les Fomorians. Lorsqu’ils s’en aperçurent, les dieux de la lumière et de l’art – Lugh et Ogma – la récupérèrent et la rendirent à Dagda. Ils affublèrent alors la harpe de deux noms secrets : Été et Hiver. Dès lors, Dagda put jouer des musiques déclenchant les pleurs, donnant la joie et ôtant le sommeil. La harpe celtique devint donc connue comme pouvant dispenser la peine, la joie et le repos. La magie était née !

Histoire de la harpe comme symbole de l’Irlande

On constate la continuité de cette légende de la harpe dans l’Histoire et les symboles de l’Irlande.

Du temps des celtes, la harpe accompagne les poésies du barde. Puis à la guerre, sa mélodie donne du courage aux combattants.

Plus tard, au XVIème siècle, les harpistes vont sur le champ de bataille avec les révolutionnaires. Afin de contenir la rébellion, la Couronne anglaise bannit la harpe, donne l’ordre de tuer les harpistes et de détruire leurs instruments. 

En 1792, la harpe reprend ses lettres de noblesse en Irlande lors d’un festival de musique traditionnelle. Edward Bunting, jeune musicien irlandais, retranscrit alors sur papier les musiques jouées et autrefois transmises uniquement à l’oral. 

Enfin, depuis 2019, la pratique de la harpe celtique est inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco.

2. Le trèfle, icône de l’Irlande

Trèfle à 3 feuilles
Le trèfle à 3 feuilles dit « Shamrock », un des symboles de l’Irlande

Il fait également partie des principaux symboles de l’Irlande : le trèfle à trois feuilles !

Shamrock en anglais, seamrog en gaélique, signifie « plante à trois feuilles » et est étroitement associé à la Trinité, au christianisme et à Saint-Patrick.

En effet, la légende raconte qu’au Vème siècle, Saint-Patrick, illustre missionnaire irlandais considéré comme l’évangélisateur du pays, l’utilise lors d’un célèbre sermon au Rock of Cashel pour expliquer aux celtes le concept de la sainte trinité.

Ainsi, chaque feuille représente le Père, le Fils et le Saint Esprit. Le trèfle dans son ensemble symbolise Dieu, permettant donc d’expliquer qu’Il est présent en ces trois personnes.

L’emblème du trèfle à trois feuilles est omniprésent en Irlande. Preuves en sont le nom de l’équipe nationale de Rugby, le XV du Trèfle, les boutiques de souvenirs… Sans oublier les chapeaux et costumes à la Saint-Patrick !

3. Saint-Patrick, le personnage central des symboles de l’Irlande

Impossible d’évoquer les symboles de l’Irlande sans parler de Saint-Patrick !

Chaque 17 mars, à la Saint-Patrick, jour férié depuis 1903, une vague de vert et de trèfles déferle alors dans les rues d’Irlande, mais aussi des Etats-Unis ou du Canada. Dans une franche camaraderie, tout le monde se retrouve pour parader, chanter et danser autour d’une Guinness.

Mais c’est aussi aussi une journée de pèlerinage et de recueillement, reconnue par l’Eglise catholique. Car Saint-Patrick n’est autre que le fondateur du christianisme irlandais.

Cathédrale Saint-Patrick de Dublin, Irlande
Cathédrale Saint-Patrick de Dublin, Irlande

Qui est Saint-Patrick ?

Maewyn Succat, alias Saint-Patrick, serait né vers 385 en Grande-Bretagne dans une localité non identifiée. Plusieurs lieux revendiquent sa naissance, de l’Ecosse au Pays-De-Galle en passant par le Nord de l’Angleterre. 

Sa vie fait l’objet de nombreuses histoires et de mythes. Il aurait été enlevé par des pirates à 16 ans et devient esclave en Irlande (vendu à un druide irlandais dans certaines versions, berger dans d’autres). Durant cette « captivité », il a une révélation. Alors, il réussit à s’enfuir en Angleterre et gagne la France pour suivre des études théologiques.

Statue de Saint-Patrick
Saint-Patrick est considéré comme le fondateur du christianisme irlandais

Ordonné évêque en 432, il revient en Irlande pour convertir le pays au catholicisme. Il y fait donc ériger de nombreux monastères et paroisses, et fonde son premier évêché à Armagh. Comme évoqué plus haut, il évangélise à l’aide du trèfle, mais aussi en défiant les druides lors d’épreuves du feu. 

La légende raconte d’ailleurs que Saint-Patrick chassa tous les serpents d’Irlande en les faisant périr dans les flots. En réalité, il est peu probable qu’il y ait jamais eu de serpents en Irlande : la métaphore désignerait plutôt les druides aux croyances païennes.

Enfin, Saint-Patrick se retire à Downpatrick (Irlande du Nord) où il meurt lé 17 mars 461.

Force est de constater que la religion catholique tient une place centrale dans la culture et l’Histoire irlandaise. Il n’est donc pas surprenant que Saint-Patrick demeure le personnage le plus vénéré du pays.

D’ailleurs, Frantz s’est découvert en Irlande une passion pour la couleur verte qu’il a baptisé « vert Saint-Patrick », qu’il considère comme sa marque déposée.

4. Le Leprechaun, l’être surnaturel des symboles de l’Irlande

Que vous ayez visité ou non l’Irlande, vous avez sûrement déjà vu un Leprechaun ! Ce petit être semblable à un lutin est un incontournable du folklore irlandais, avec un mythe et une personnalité qui lui sont propres.

C’est donc LE déguisement prisé lors de la Saint-Patrick ! Et l’un des rois des boutiques de souvenirs.

Qui est le Leprechaun ?

Le Leprechaun
Le Leprechaun, créature emblématique du folklore irlandais

Le Leprechaun apparait pour la première fois dans un conte médiéval. 

C’est une créature magique de petite taille (90 cm), vêtu d’un costume vert et d’un tablier de cordonnier, sa profession. Une chevelure et une barbe rousses encadrent son visage malicieux et ses oreilles pointues. Il porte un chapeau caractéristique vert (of course!) orné d’un trèfle et est souvent représenté fumant une pipe, buvant une bière ou de la dundee (une liqueur maison verte).

Côté caractère, le Leprechaun est décrit comme solitaire, cynique et bougon, toujours prêt à faire une farce. Fils d’un mauvais esprit et d’une fée dégénérée, il ne serait « ni complètement maléfique, ni complètement bénéfique ».

Le Leprechaun habite au pied d’un arc-en-ciel où il cache un chaudron rempli de pièces d’or (chaudron qui est aussi un mythe irlandais à part entière). Il craint que les humains, qu’il considère comme imbéciles et cupides, ne lui dérobent sa fortune… Et il n’hésite pas à les voler en les soûlant dans les pubs !

Selon la légende, si on attrape un Leprechaun, on peut lui demander 3 voeux. Et intéressant : le Leprechaun ne peut pas mentir ! Mais attention : il ne faut pas le quitter des yeux : un battement de cils et il disparait !

Le chaudron d'or du Leprechaun
Le chaudron d’or du Leprechaun

5. La Guinness, boisson emblématique de l’Irlande

La Guinness c’est quoi ?

Qui dit bière irlandaise, dit Guinness ! Il s’agit d’une bière « stout » à la robe brune et à la texture épaisse surmontée d’une mousse blanche. Réalisée est à partir de graines d’orge grillées et de malt torréfié, elle se caractérise par sa saveur unique de caramel aux légères notes de café. Le secret de son onctueuse mousse blanche ? Elle est gonflée à l’azote lors du service.

On ne rigole pas avec le service ! Pour servir la Guinness, la procédure précise : servie en 119, 5 secondes, en 2 fois, dans un verre caractéristique plus étroit en bas. Promis, la prochaine fois, je chronomètre !

Un peu d’Histoire

Brasserie Guinness de St. James’s Gate à Dublin
Brasserie Guinness de St. James’s Gate à Dublin

Fondée en 1759 par Arthur Guinness, la brasserie est vite devenue une institution, rayonnant bien au-delà des frontières irlandaises. 

Déjà en 1886, Guinness est considérée comme la brasserie la plus importante au monde, profitant de l’expansion de l’empire britannique. 

Aujourd’hui, la Guinness est brassée dans 150 pays. Chaque jour, plus de 10 millions de verres de Guinness sont vendus dans le monde et 3 millions de pintes sont brassées à la brasserie de Dublin. Et la moitié des pintes bues en Irlande sont des Guinness !

Avec une success story industrielle et marketing qui dure depuis 260 ans, Guinness est bien plus qu’une brasserie : elle s’est inscrite comme un protagoniste principal dans la vie irlandaise. En 1860 par exemple, Guinness fait un don de 200 000 dollars pour la restauration de la cathédrale Saint-Patrick. Le moyen parfait pour s’inscrire comme un acteur populaire !

La brasserie est même d’utilité publique : dans les années 1928, les salariés Guinness bénéficiaient de soins médicaux et dentaires sur place et de conditions salariales avantageuses.

7 choses que vous ignoriez sur Guinness

Tireuse Guinness au Temple Bar à Dublin
Tireuse Guinness au Temple Bar à Dublin
  1. Lorsqu’il loue les locaux de St. James’s Gate à Dublin et avant d’en acquérir la propriété, Arthur Guinness signe un bail de… 9 000 ans ! Il paye un montant initial de 100 livres et 45 livres annuels.
  1. 40% de toutes les Guinness sont vendues en Afrique. Le Nigeria est le deuxième plus gros consommateur de Guinness, après la Grande Bretagne,
  1. La plupart des gens pensent que la Guinness est noire ou brune. En réalité, elle est rouge profond (ruby),
  1. Des chercheurs ont trouvé des composants antioxydants comparables à ceux des certains légumes ou fruits. Le slogan « Guinness is good for you » prend alors tout son sens ! Il existe même une version Vegan : la Guinness Extra.
  1. Guinness utilise la harpe comme logo depuis 1876… Avant que l ‘Irlande l’utilise officiellement ! A l’époque, l’Irlande sous tutelle britannique et n’a plus d’emblème unique. En 1920, quand elle proclame son indépendance et décide de prendre la harpe comme armoirie, il est convenu que l’objet sera tourné sur la gauche versus sur la droite pour Guinness.
  1. Chaque 26 septembre et à 17h59, la pinte passe à deux euros. C’est l’Arthur Guinness Day !
  1. Il existe un lac Guinness ! Il s’agit en fait du Lough Tay au sud de Dublin, qui tient son surnom de son étonnante couleur brune. C’est aussi un lieu de tournage (les fans de Vikings reconnaîtront Kattegat)

6. Les moutons, mascottes des campagnes irlandaises

Les moutons font partie des symboles de l’Irlande qui nous ont accompagnés tout au long de notre road trip. Ils contribuent fortement au charme de la campagne irlandaise ! Et ils nous ont tellement attendris qu’on est repartis avec une peluche ! 

Mais pourquoi on les aime tant ? Parce-qu’il sont trop mignons, qu’ils ont l’air tout doux et qu’ils font font de jolies tâches mousseuses sur les étendues émeraudes ! 

Anecdote : il y a plus de moutons que d’humains en Irlande !

Vous vous en doutez, les moutons ne sont pas seulement photogéniques : il sont aussi utiles pour l’économie :

  • Economique en nourriture et en entretien, le mouton se plait parfaitement dans le paysage irlandais, son terrain de jeu favori,
  • On utilise la laine du mouton pour le textile et l’isolation des maisons. On a acheté nos bonnets en laine d’Aran (des bonnets au mois d’août, oui oui, et on les a portés !),
  • Avec la peau du mouton, on fabrique les instruments de musique, vêtements, chaussures,
  • Et bien-sûr, le mouton se consomme.

Et cette marque de peinture fluo sur leur dos ? C’est le signe d’appartenance à un paysan irlandais de la région.

7. La croix celtique, symbole du christianisme de l’Irlande

La croix celtique est emblématique du christianisme irlandais. Les monastères en ruines et leurs cimetières qui jonchent le décor irlandais en sont parsemés. 

La croix celtique se compose d’une croix « posée » devant un cercle. Les branches dépassent toujours du cercle. Elle est aussi appelée croix nimbée, la nimbe étant un disque de lumière qui entoure la tête.

Origines de la croix celtique

Comme la plupart des symboles de l’Irlande, les origines de la croix celtique donnent lieu à de nombreuses interprétations. On pourrait en faire une thèse !

Néanmoins, une chose rassemble les historiens : cette croix serait un mélange du christianisme et des croyances druidiques. Ainsi, lors de l’évangélisation de l’Irlande par Saint-Patrick, des croyances païennes et druidiques ont demeuré. Plutôt que chercher à les vaincre, le christianisme les a intégrées, « absorbées ».

Ainsi, on date l’apparition de la croix celtique telle qu’on la connait au VIIIème siècle, ou peut-être fut-elle introduite auparavant par Saint-Patrick au Vème siècle.

Toutefois, l’origine de cette croix remonte bien avant le christianisme. Les quatre branches de la croix étaient alors d’une longueur identique.

Signification et symbole du christianisme celtique

Croix celtique

Les chrétiens reconnaissent la croix celtique comme un symbole spirituel. Aussi bien les presbytériens que les catholiques en revendiquent la création. 

Elle fait partie intégrante du paysage irlandais, mais aussi écossais. Alors que les catholiques l’appellent croix irlandaise, les anglicans et épiscopaliens la nomment croix anglicane ou épiscopalienne. Pour tous, la croix représente le christianisme. Selon les uns et les autres, l’anneau pourrait symboliser différentes choses :

  • L’éternité, soit l’absence d’un commencement et d’une fin,
  • Le Dieu du Soleil ou de la Lune des croyances païennes. La croix posée sur l’anneau signifierait alors la victoire de la croyance chrétienne sur la croyance païenne.
  • Un arbre, étant ainsi plus acceptable par les religions païennes ou druidiques où les arbres font l’objet d’un culte.
  • Taranis, le Dieu du Tonnerre, et sa roue.

La croix auréolée pourrait aussi symboliser Taranis, le Dieu du Tonnerre des croyances druidiques, ou encore le cosmos.

Puis, au Moyen-Âge, la croix celtique s’est ornée, ciselée, détaillée et complexifiée. Il en existe une soixantaine de types ! Et celles que l’on voit aujourd’hui ont été construites jusqu’au milieu du XIIème siècle.

La croix celtique, un moyen de résister aux intempéries ? Une hypothèse pas si folle ! L’anneau disposé ainsi protège les branches de la croix, la rendant plus robuste face aux intempéries et au temps qui passe…

Croix celtique sur une sépulture, cimetière de Clonmacnoise
Croix celtique sur une sépulture, cimetière de Clonmacnoise

8. La bague de Claddagh, symbole romantique de l’Irlande

A Galway, des boutiques présentent des vitrines entières avec cette fameuse bague de Claddagh, déclinée à souhait. Quelle est sont sa symbolique et son histoire ?

La symbolique de la bague de Claddagh

Sans surprise, la bague de Claddagh est un symbole romantique : 

  • le coeur représente l’amour,
  • les mains l’amitié,
  • la couronne la fidélité/loyauté.

Transmise de mère à fille ainée, la bague et sa symbolique se sont répandues avec la diaspora irlandaise, notamment lors de la Grande Famine (1845-1852).

Voici les 4 façons de la porter selon ta situation amoureuse :

  • Libre : main droite, le cœur pointé vers l’extérieur.
  • En relation : main droite avec le coeur pointé vers l’intérieur.
  • Engagée : main gauche, le cœur pointant vers l’extérieur. 
  • Mariée : main gauche, le cœur pointant vers l’intérieur.

La légende de la bague de Claddagh

Bague de Claddagh
Bague de Claddagh, symbole romantique de l’Irlande

On associe plusieurs légendes romantiques à la bague de Claddagh. Je relate ici celle que j’ai lue le plus souvent, y compris sur place : celle de Richard Joyce.

Au XVIIème siècle, l’Irlande est la proie de pirates vivant du trafic d’esclaves. Richard Joyce est un pêcheur originaire du bourg de Claddagh près de Galway. La veille de ses noces, alors qu’il pêche (ou qu’il part pour travailler aux plantations aux Antilles) , il est capturé en mer par des marchands d’esclaves. Un orfèvre maure l’achète en Algérie (ou en Turquie) et lui enseigne son art. Tentant en vain d’oublier sa bien-aimée, Richard confectionne une bague symbolisant leur amour. 

Puis, quand Guillaume III devient roi, il ordonne la libération des prisonniers britanniques. L’orfèvre propose alors à Richard d’épouser sa fille et d’obtenir ainsi la moitié de sa fortune. Mais celui-ci refuse pour retourner auprès de son amour de toujours qui l’attend… Il lui offre la bague et ils se marient !

Impossible de dresser une liste exhaustive des symboles de l’Irlande ! Il en existe bien d’autres !

Et pour toi, qu’est-ce qui représente l’Irlande ? Quels autres symboles connais-tu ?

Related posts

Au Château de La Brède, Montesquieu dévoile ses 5 facettes cachées

Cynthia David

Laisser Un Commentaire